Actu
Share !

A l’occasion de la Release Party du nouvel EP d’Apaache intitulé « Reptile » chez Jean Louis La Nuit le 24 mai, on a posé quelques questions à Tilkara la bassiste de ce groupe cosmique.

Salut Tilkara, bienvenue chez Jean Louis La Nuit. Pour commencer, est-ce tu pourrais nous décrire l’univers qui entoure le vaisseau Apaache ?

Hello, merci de nous accueillir ! Alors ce qu’on appelle notre Vaisseau, c’est la maison-mère d’Apaache depuis août 2017. On y habite tous, à Saint-Maur des Fossés : ça paraît loin, il faut aimer le RER A, mais une fois qu’on y est on n’a plus jamais envie de repartir. C’est entre les murs de cette maison que prennent vie les morceaux d’Apaache, ainsi que les clips et plus globalement tous les projets artistiques qui gravitent autour des concerts et des sorties du groupe.  Dans le Vaisseau on a une salle de répétition, plusieurs home studios (pour le mixage et la
composition), un atelier dédié à la scénographie et une grande véranda qui sert entre autres
de lieu de tournage (live sessions, clips), ou de dortoir pour les amis qui passent !
Mais plus qu’un lieu, on définit le Vaisseau comme un collectif, qui réunit différents artistes,
musiciens, scénographes, réalisateurs, qui viennent y travailler et prêtent régulièrement
main forte pour nos clips d’Apaache, les concerts, ou la logistique de manière plus globale.
En bref, tout ce qu’on produit provient d’un savoir-faire partagé entre tous les membres
d’une grande famille.

Apaache – Low Bump

Comment définirais-tu votre son ?

Le son Apaache est à la fois groovy, G-funk et synthpop. Il oscille entre musique organique
et influences électroniques. Les refrains sonnent plutôt pop, et sont scandés par deux voix
: la première, celle de Kid, pure et soul, et la deuxième, synthétique et technoïde, créée par
la talk box de Bazka. Mais pour contrebalancer avec ce côté pop, on aime faire de gros
solos de guitare, de basse, de piano à queue, même en studio, et c’est pour nous une
référence voulue et directe à notre performance live.

Apaache – Bons Souvenirs 

Est-ce que tu peux nous parler de la génèse du groupe, comment tout a commencé?

C’est Hepziba (guitare, compo) et Tilkara (moi, basse) qui nous sommes initialement
rencontrés lors d’une soirée arrosée début 2012. Après avoir échangé toute la soirée sur
notre passion pour le funk, on a fondé Apaache dès le lendemain. Kid (chant) nous a rejoint
peu après, suivie quelques mois plus tard par Bazka (scratch, talk box) et Kamasari (clavier, sax), le petit frère de Hepziba. A ce moment là, notre musique a pris une teinte hip-hop. Après une année de séparation où tout le monde est parti vadrouiller pour ses études à l’étranger, le groupe s’est réuni de nouveau. Le projet pris peu à peu de l’ampleur, les concerts se sont multipliés et Blaster, le petit frère de Hepziba et Kamasari, a remplacé le batteur d’origine. En août 2017, on décide d’emménager ensemble dans notre maison à Saint Maur-des-Fossés. En mars 2018 notre EP « Spirale » (trois titres) sort en digital, et c’est un vrai tournant pour nous en termes de direction artistique. Depuis, on a peu à peu arrêté nos jobs pour ne faire que ça. On mange des pâtes tous les jours, mais on se porte bien !

Apaache – Double Agent – Live session (Telan Devik cover)

Si tu devais retenir une date qui a marqué l’expérience live d’Apaache ce serait laquelle?

 

C’est hyper difficile de choisir parce qu’on a vécu des concerts très différents : par exemple un jour on a joué devant des sourds, un jour dans un énorme centre commercial de banlieue parisienne, et plusieurs fois pour le PSG juste devant le Parc des Princes. On se demande où est-ce qu’on va atterrir pour les prochains ! Si on devait vraiment faire un choix, ce serait probablement notre premier concert aux Grands Voisins : c’était ultra blindé, et les gens étaient complètement hystériques.

 

Le morceau Low Bump est le petit favori de la rédac. Tu peux nous  raconter sa création ?

 

Low Bump, c’est un morceau sur le thème de la timidité que tu ressens en soirée quand tu rencontres quelqu’un qui te plaît particulièrement et que comme par hasard c’est la seule personne que tu vas éviter tout du long. C’est notre chanson opération séduction : tu l’écoutes pour te donner envie d’aller zouker avec ton âme-sœur d’un soir. Globalement, c’est Pablo qui compose les morceaux dans un premier temps, puis tous les membres du groupe viennent réenregistrer leur partition et améliorer le morceau. Puis on le joue tous ensemble en répète, et c’est là qu’il prend une dimension totalement différente, en symbioseà six.

 

Pour conclure cette interview, vous pouvez nous livrer un essentiel chacun ?

 

Tilkara : Depuis quelques jours je réécoute à fond Soichi Terada, il est passé au Japan Connection festival à Paris et ça m’a rendue de nouveau accro.
Soichi Terada & Shinichiro Yokota ?- Got To Be Real

Bazka : Nul autre que Jazzy Bazz.
Jazzy Bazz – Cinq heures du matin

Hepzsiba : En ce moment, c’est Zero 7, l’album « Simple Things »
Simple Things – Zero 7

Kid : Ariana Grande pour la voix, Rosalia pour les clips !
Ariana Grande – thank u, next

Blaster : Herbie Hancock, pour la vie !
Herbie Hancock – Cantaloupe Island

 

A vendredi !

 

Evénement Facebook